5 façons de faire face au manque de motivation aux échecs

La motivation, un élément important aux échecs

L'un des principaux problèmes rencontrés par la plupart des joueurs est le manque de motivation une fois qu'un certain niveau est atteint et que rien de magique ne se produit. Ce que je veux dire, c'est qu'une fois qu'un joueur a réalisé une bonne performance ou atteint un objectif qu'il s'était fixé, il se pose la question "et maintenant ?". "Cela devrait-il être plus facile de gagner des matchs maintenant que ma cote est gonflée ?".

Et là, l'inévitable dégringolade commence et il faut recommencer à tout recomposer. La plupart d'entre nous sont passés par là.

Les échecs sont une activité difficile, même pour les grands maîtres.

La quantité de temps et d'efforts que l'on doit consacrer à ce jeu est incroyablement élevée par rapport aux bénéfices qu'il peut apporter dans les meilleurs cas. En ce moment même, alors que j'écris ces mots, mon ami, un GM avec une carrière prometteuse et plus de 2600 points, me parle du sentiment de perte de temps qu'il a pendant ses sessions d'entraînement, et il ne sait pas par où commencer pour atteindre un niveau plus élevé. Imaginez, un 2600 !

A moins que vous ne soyez très passionné par le jeu, vous aurez des moments de doute sur le temps passé dans le jeu. Je pense que c'est normal ; l'important est de surmonter ces phases et de ne pas les laisser affecter votre attitude envers le jeu et votre routine d'entraînement. Dans cet article, je vais partager avec vous certains des conseils et des recettes que j'ai moi-même essayées.

1. S'entraîner aux échecs, c'est comme aller à la gym. Les échecs sont le gymnase de l'esprit.

C'est un cliché que j'ai entendu trop de fois, mais il y a une grande différence. Aller à la salle de sport est douloureux, vous sentez votre entraînement sur chaque muscle et en quelques jours vous pouvez voir et sentir de petits résultats. Les échecs ne fonctionnent pas exactement de la même manière.

Que vous accumuliez des connaissances en lisant des livres, en regardant des leçons vidéo ou en travaillant sur des exercices tactiques, vos résultats ne seront visibles que lors d'une compétition, où le succès dépendra de plusieurs facteurs. Ne pensez pas négativement à votre entraînement ; soyez certain que si vous vous entraînez jour après jour, il y a une petite chance que vous échouiez quand même, mais si vous ne vous entraînez pas, vous échouerez certainement. Il vaut mieux travailler que ne pas travailler. C'est simple.

2. N'oubliez pas la frustration.

Qui n'a pas dit dans un tournoi, "j'aurais dû étudier cette ligne", "j'aurais dû lire ce livre", "j'aurais dû analyser mes parties" ? Nous avons tous été dans cette situation. Souvenez-vous de ces moments et mettez-vous au travail sur ce dont vous savez que vous aurez besoin.

3. Ne soyez pas trop dur envers vous-même ; appréciez le processus.

Beaucoup d'étudiants pensent qu'ils seront GM un jour ou que c'est quelque chose qu'ils doivent faire. Bien sûr, la passion et l'entraînement vous en rapprocheront, mais il y a beaucoup de grands joueurs qui ne sont jamais devenus GM.

La vie a ses chemins.

Cependant, ils n'étaient pas des joueurs inférieurs. Ce que je veux dire, c'est que vous devez le faire pour vous-même, profiter du processus d'apprentissage et ne pas fixer de date limite à votre objectif.

4. Entourez-vous de personnes positives et évitez les opposants.

L'une des choses que j'ai apprises en tant qu'entraîneur n'est pas seulement d'enseigner les échecs à mes élèves mais de maintenir leur motivation, la positivité, l'énergie et le plaisir autour du jeu. Je crois que l'environnement est la clé du développement d'un joueur d'échecs.

5. Divisez vos objectifs en petits morceaux gérables.

Par exemple, vous voulez faire plusieurs choses, comme étudier les tactiques, les ouvertures, les échecs positionnels. Il y a tellement de choses sur lesquelles vous voulez travailler que le sentiment d'accablement est inévitable. Vous avez vite l'impression qu'il y a trop de travail et que quoi que vous fassiez, demain il y aura autant de travail.

Eh bien, commencez par des parties, lisez ce livre de fin de partie que vous aviez prévu de lire et mettez le reste de côté pour un moment. Trouvez de la motivation dans le fait de faire une seule chose plutôt que de faire plein de choses à moitié.

Avec ceci, je conclus mes conseils aux joueurs ambitieux qui cherchent des informations sur la façon de continuer leur carrière échiquéenne.

Il n'y a pas de secret : travaillez dur, créez des habitudes qui vous occupent, réduisez vos objectifs et réalisez-les. Merci de votre lecture, j'espère que cet article vous sera utile et, comme d'habitude, n'hésitez pas à me faire part de vos commentaires.

Top 5 Articles
Jouer aux échecs
Avis échiquéen