La psychologie du jeu d'échecs : étude et analyse

La psychologie étudiée pour le jeu des échecs

Les échecs sont un jeu de plateau stratégique à deux joueurs, basé sur les compétences. Il se joue sur un plateau à carreaux, chaque joueur commençant avec 16 pièces qu'il manœuvre autour du plateau dans le but de capturer les pièces de l'autre joueur. Bien entendu, des règles précises déterminent les endroits où vous pouvez vous déplacer et la hiérarchie des pièces. Le but du jeu est de mettre le roi de l'autre joueur dans une situation d'attaque à laquelle il ne peut pas échapper. L'histoire des échecs remonte à 1 500 ans et est un jeu basé sur l'observation attentive, la stratégie et la prévoyance ; la psychologie des échecs est donc devenue un sujet d'étude intéressant qui peut éclairer certains processus psychologiques humains.

Chaque jour, de nouveaux puzzles tactiques sur Chess.com

Mémoire et visualisation

Le jeu d'échecs a un long et riche héritage. Il est connu comme un jeu intellectuel avec des avantages cognitifs, et la maîtrise du jeu reflète la capacité des individus à naviguer avec succès à travers les tâches et les défis quotidiens de la vie.

Des psychologues comme Christopher Chabris affirment que le jeu d'échecs est l'arène idéale pour étudier les processus psychologiques tels que l'expertise, l'analyse, la résolution de problèmes, la mémoire et la visualisation. Selon Chabris, le jeu d'échecs met en évidence, comme peu d'autres jeux, les liens entre la visualisation et la recherche et la résolution de problèmes. L'observation de la façon dont les joueurs d'échecs habiles naviguent dans diverses situations met en lumière les processus psychologiques qui se déroulent avec la perception, la mémoire, la visualisation et les résultats attendus et inattendus. Les joueurs doivent baser leurs coups sur ce qu'ils prévoient qu'il en résultera. Ils doivent également se souvenir de leurs coups précédents et de la façon dont chaque coup affecte le suivant.

La théorie des fragments

Des études sur la réflexion et le choix dans le jeu d'échecs ont montré que les joueurs experts sont très habiles à identifier rapidement le problème dans une position et à construire une solution.

Les travaux fondateurs d'Herbert Simon et William Chase ont donné naissance à la "théorie des coups". Cette théorie affirme que la force du jeu d'échecs repose en grande partie sur la capacité du joueur à identifier les caractéristiques définissant une position et à le faire rapidement. La théorie propose que les caractéristiques individuelles soient stockées en fragments agissant comme points d'accès sur le chemin de la mémoire sémantique à long terme.

Selon la théorie des fragments, c'est la perception qui facilite la reconnaissance des fragments d'informations sur le plateau en fonction de la position des pièces. La position des pièces et les motifs sur le tableau sont alors tracés sur l'esprit qui reconnaît les motifs et les coups possibles. L'activation des mécanismes de reconnaissance de l'esprit est enclenchée pendant que le joueur perçoit et visualise les attentes relatives à la position et au mouvement d'une pièce.

Théorie des modèles

Des décennies après l'arrivée de la théorie des fragments, la théorie des modèles est née. Cette théorie était basée sur la recherche de la mémoire et comblait certaines lacunes de la théorie des fragments. La théorie des fragments (gabarits, patterns, etc.) accorde une plus grande importance au rôle de la mémoire, car les maîtres d'échecs peuvent simultanément se rappeler des positions et de leurs résultats qui n'étaient en place que brièvement, en appliquant les leçons tirées des coups précédents aux coups présents et futurs.

La théorie des modèles a poussé la théorie des fragments un peu plus loin en reliant les fragments à des données supplémentaires comme les positions, les plans, les manœuvres tactiques et les motifs à long terme : tous les aspects de la mémoire à long terme. Sur la base de cette hypothèse, les morceaux communs évolueraient vers des structures complexes, connues sous le nom de modèles de données. Ces modèles contiennent des emplacements dans lesquels les variables du jeu sont encodées. Les modèles sont censés contenir des données concernant 10 pièces et leurs positions. On pense que ces informations stockées dans l'esprit ont besoin de mises à jour et de rappels du monde extérieur pour maintenir les mémoires. On pense qu'un joueur d'échecs ayant le statut de grand maître a mis en mémoire environ 100 000 à 300 000 fragments.

Société des sciences cognitives

La Cognitive Science Society a proposé que des liens soient établis entre la reconnaissance par le joueur de la position des pièces sur l'échiquier et des informations abstraites telles que les avantages tactiques et les mises en échec dans la séquence. Lorsque 60 positions d'échecs impliquant un roi et une pièce supplémentaire étaient présentées à des joueurs de différentes capacités, les joueurs les plus forts avaient des temps de perception beaucoup plus rapides que les plus faibles. Les chercheurs en ont déduit que non seulement les joueurs les plus forts sont plus rapides à se souvenir des informations pertinentes sur la séquence, mais qu'ils sont aussi beaucoup moins susceptibles de passer du temps à vérifier leurs coups, comme le font les joueurs moins forts. Ceci a été compris comme la capacité des joueurs les plus forts à mémoriser des séquences plus importantes, ainsi qu'à avoir un niveau de confiance plus élevé dans leurs capacités et leurs compétences décisionnelles.

Échecs à l'aveugle

Les échecs à l'aveugle sont exactement ce qu'ils sont : un jeu d'échecs où les joueurs ne peuvent pas voir le plateau. Dans une étude réalisée par Cognitive Science, des centaines de maîtres d'échecs ont fait analyser leurs parties d'échecs avec les yeux bandés, et les conclusions ont été que les maîtres avaient une mémoire si forte, une visualisation mentale et des capacités d'imagerie mentale telles que le fait de ne pas voir l'échiquier n'affectait pas beaucoup leur capacité de jeu. Le pouvoir et la capacité de visualisation sont extrêmement importants dans le jeu d'échecs, et pour ceux qui ont maîtrisé le jeu, l'esprit affine ces compétences au point qu'elles deviennent basées sur l'instinct et la mémoire, plutôt que sur la représentation visuelle-spatiale sur l'échiquier.

Le jeu d'échecs est un jeu qui a persisté à travers les âges. Il occupe une place aussi importante dans les cultures du jeu d'aujourd'hui que dans les temps anciens. Connu comme un jeu intellectuel, le jeu d'échecs fait appel à des processus et des compétences psychologiques essentiels tels que la perception, la visualisation, la mémoire, l'apprentissage, la résolution de problèmes et l'élaboration de stratégies. On pense que le fonctionnement psychologique qui régit le succès ou l'échec aux échecs est similaire à celui qui affecte la capacité des gens à se frayer un chemin à travers les défis quotidiens de la vie.

La capacité à percevoir une situation, à la cartographier dans son esprit et à essayer de s'en sortir le plus rapidement et le plus positivement possible est une stratégie utilisée dans le jeu et dans la vie réelle. La capacité supplémentaire de se rappeler facilement les positions aux échecs et les résultats obtenus est semblable à notre capacité d'apprendre des erreurs et des succès de la vie et de les appliquer aux situations présentes et futures.

0 avis

Laissez votre avis

Message *

Nom *

Email *

Réseaux sociaux
NEWSLETTER

Entrez votre adresse e-mail ci-dessous pour vous abonner à la newsletter

Jouer aux échecs
Avis échiquéen
Jouer aux échecs
Go to TOP